Ville Seiyoku

YAOÏ NC-18
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ À chacun son histoire || Yûki [ Terminé ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~ À chacun son histoire || Yûki [ Terminé ]   Mar 22 Mai - 22:20

Écoute moi bien, Invité
NOM :: Renjô
PRÉNOM :: Yûki
ÂGE :: 18 ans
SEXE :: Homme
SEXUALITÉ :: Homosexuel
MÉTIER :: Écrivain || Desssinateur
NATIONALITÉ :: Japonaise


PHYSIQUE ::
Je suis du genre très timide, un rien me gêne. Pour moi, le mal n'existe pas... je suis d'une douceur extrême et surtout très calme. On me dit souvent que je suis intelligent, en vrai j'aime étudier. Je n'ai l'air de rien physiquement parlant, mais malgré ma bonne volonté, je sais me montrer ferme et autoritaire - mais c'est rare - Sinon, tout me fait plaisir et j'aime tout le monde. Je suis loin d'être compliquer à vivre au contraire, la simplicité est le mot qui me qualifie le mieux.
CARACTÈRE ::
Physiquement je peux dire que je suis assez ordinaire. Je suis un garçon comme un autre, cheveux bleus, yeux violet … Enfin j'ai un œil violet et un bleu, mais le bleu on ne le voit jamais puisqu'il est toujours caché derrière un bandage. Pourquoi mes yeux ne sont pas de la même couleur? Et bien c'est simple, suite à un accident de voiture, j'ai perdu l'usage de mon œil gauche. Quelque temps après on m'a téléphoner pour me proposer une greffe que j'ai accepter. Voilà qui explique tout. Sinon je fais 1m78 pour 66 kilos. D'apparence je ne suis pas très comment dire '' masculin '', mais c'est moi qui en ait décider ainsi. Vous comprendrez sans doute plus tard le pourquoi de cette décision. Côté vestimentaire j'opte toujours pour une tunique bleu qui met en valeur mon corps. Mon ventre est toujours à découvert ainsi qu'une petite partie de mes cuisses … Pour le reste, je vous laisse imaginer!
HISTOIRE ::
« Désolée Madame mais... on en a perdu un... »

On en a perdu un, comme s'il s'agissait d'une vulgaire portée de chiots. Et pourtant, c'est bien d'un bébé que l'on parle, c'est bien d'un enfant et d'une mère qui partagent inconsciemment la même douleur d'avoir déjà perdu un être chair. Car des deux jumeaux, il n'en reste qu'un. Le plus fort a su prendre le dessus. Mais le plus faible a déjà dû s'avouer vaincu. On avait réussi à sortir le premier bébé. Un garçon, un beau bébé en pleine forme qui pleura à peine. L'autre bébé n'avait pas pleuré du tout et on s'était tout de suite inquiété. La petite était devenue bleue, on ignorait si on pourrait la sauver. On avait pas pu finalement. À peine née et tristement décédée. Sanae Renjô était morte avec à son compteur 18 minutes de vie. No happy ending. La première chose que Yûki Renjô découvrit ce jour-là, ce fut les larmes de sa mère. Chose qu'il fut amené à découvrir très souvent après cela. Beaucoup trop souvent. Trop pour ne pas s'y noyer également.

Yûki avait six ans, et à six ans on comprend beaucoup plus de choses qu'il n'y paraît. Par exemple, là, assis dans la cuisine en train d'écrire, quand il regardait sa mère cuisiner en chantonnant, il semblait voir la matrone japonaise dans toute sa splendeur. Ses gestes transpiraient l'insouciance. Son sourire transpirait l'amour. Ses caresses transpiraient la tendresse. Et pourtant son regard trahissait une angoisse de chaque jour, de chaque instant. Elle avait le regard d'une bête traquée qui chaque jour de sa vie, regarde par dessus son épaule pour s'assurer qu'elle n'est pas suivie, que son petit et elle ne soient rattrapés. Dans ses paroles, il sentait que sa mère n'était pas tout à fait normal. Elle n'était pas comme les autres mères, elle avait ce brin de folie un peu inquiétant qui lui était propre et qui, à son âge, ne l'effrayait pas. Elle avait juste cette fâcheuse tendance à l'appeler Bambi, à le traiter comme une petite fille allant même jusqu'à l'habiller comme une véritable petite poupée. Elle le prenait pour sa soeur jumelle, elle le savait. Jamais elle ne se remettrait de la mort de sa cadette. Peut-être même qu'elle aurait voulu qu'elle survive à sa place.. Mais le fait qu'il se laissait faire sans jamais protester. Ca lui faisait plaisir à elle, lui détestait ça. Mais il l'aimait alors il la laissait faire.

Et il écrit, il griffonne, il noircit ses pages de dessin parce que l'enfant hypersensible à besoin d'une carapace, que l'enfant grandit et que la mère qu'il aime tant ne peut pas le protéger, n'en est pas capable. Alors il doit tout faire tout seul, comme un grand, il se forge une forteresse imprenable ou personne n'entre sans son consentement. Rares sont ceux qui l'obtienne bien qu'il soit assez timide et réservé. Yûki grandit, Yu' s'affirme mais il reste discret et n'est plus aussi prompt à imposer sa vie. Il n'en a rien à faire du monde, tout ça le fait rire. Toute cette hypocrisie qui essaie de l'étouffer en se liant à lui. Tout ça il l'écarte d'un coup de crayon, d'un coup de pinceau car à défaut de le trouver en ce bas monde, il s'est construit son Eldorado. Le dessin et l'écriture sont devenu son refuge et la peinture son chemin. Il trace tous ses rêves, tout ce qu'il ne peut dire que du bout des lèvres. Car ce monde qui l'enferme ne l'écoute jamais vraiment. Alors il peint et repeint son univers, dans ce monde fade qui manque de couleur, il n'y a rien pour lui. Alors il prend ses pinceaux et il marie les couleurs pour mieux se moquer de ce monde et de ses valeurs bancales. Mais ses toiles ne sont pas ces seules confidentes. Il existe ce fantôme qui le hante. Il n'en parle à personne mais elle suit ses pas. Parce qu'elle est sa soeur, sa jumelle et que même la mort n'a pas pu les séparer. Il la voit souvent, miroitant dans un bout de soleil, souriant de ce sourire qu'il connait par coeur sans l'avoir jamais connu vraiment. Elle chuchote parfois à son oreille lorsqu'il pense, elle se blottit dans ses bras quand il en a besoin. Elle est toujours là, sa soeur, l'essence de sa vie pour toujours graver en lui. Alors il la peint, encore et encore, elle est son modèle. Elle est sa muse et il ne veut pas garder sa beauté que pour lui. Involontairement il veut que tout le monde sache que Sanae n'est jamais morte ce jour-là. Alors il rêve à deux, il vit pour deux. Parce que ça fait un moment que sa mère l'a quittée. Comme Bambi il s'est retrouvé seul très tôt. Mais plus que la solitude c'est son père qui l'a alors trouvé.

La perte d'une mère ukoyies, la découverte d'un père. Yûki était passé du statut de petit protégé à proie traqué. Il ne savait pas qui était ce père mais il savait que sa mère en avait peur. Lorsque celui-ci était venu le chercher, Yûki s'était enfui. Il ne voulait absolument rien à voir avec ce père dont il savait si peu de choses: il était Japonais, avec un fort goût pour les contes du Roi Arthur. Mais si l'homme avait débarqué, campé dans un costume hors de prix, il n'avait absolument pas voulu avoir affaire à lui, ni vivre avec lui. Il s'était enfui, loin de chez lui et de ses racines, loin de ses souvenirs pour atterrir je ne sais où. Il n'avait que 16 ans. Il a fui un moment, de ville en ville avant d'atterrir ici. Sauf que c'est exactement ce que son père avait voulu, c'était son fief et dès lors il était complètement sous son emprise. Il avait agi exactement comme il s'y attendait. Pour finalement se retrouver dans la gueule du loup. Mais son père avait tenu à lui dire que ce n'était pas ce qu'il croyait, qu'il n'avait rien fais. Yûki n'avait pas vraiment voulu y croire, n'avait pas non plus voulu que son père s'approche de lui. Après tout, si sa mère avait réussi à se cacher avec lui, il aurait très bien pu les rejoindre au final, ce qu'il n'avait pas fais, jamais. Il n'avait jamais tenté de les retrouver jusqu'alors et ça, Yûki ne le lui pardonnerait jamais. Néanmoins, il n'avait nulle part où vivre, nulle part où aller. Il risquait de mourir dans la rue si jamais il fuyait. Alors il était resté parce que dans le fond, c'était bien la seule famille qui lui restait en ce bas monde. 

SURNOM ::Loveless
ÂGE :: 22 ans

JE, Yûki Renjô , JURE SOLENNELLEMENT QUE MES INTENTIONS SONT MAUVAISES.
Revenir en haut Aller en bas
Ryuichi Seiyoku Jr.
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 14/05/2012

MessageSujet: Re: ~ À chacun son histoire || Yûki [ Terminé ]   Mar 22 Mai - 22:56

Owww ~ Bienvenue petit Yûki.

On comprend clairement pourquoi il a décidé de ne pas être tout ce qu'il y a de plus viril et bandant /PAN/. Mais il est beau comme il est, je te l'assure. Heureusement qu'il vit bien cette présence fantomatique et réconfortante auprès de lui, moi j'aurais pris mes jambes à mon cou ~. Par contre, c'est d'avantage dommage pour la fin. En espérant qu'il puisse trouver quelqu'un pour avoir une vie un peu plus potable, loin de ses problèmes.

Sur ce, tu as fais ce que tu devais faire. J'adore ton écriture et tu le sais ~~ ...Je te met donc ta couleur et t'ouvre volontier la porte vers le monde du RP. En espérant que tu puisses t'amuser autant que de l'autre côté. Mhm.

Pour ce qui est de l'histoire pas encore écrite, il s'agit d'une ville peuplée au Japon, tout ce qu'il y a de plus normal et banal. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ville-seiyoku.forum-canada.com
 
~ À chacun son histoire || Yûki [ Terminé ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toutes les images racontent une histoire {PV : Isaak} / Terminé /
» C'est l'histoire d'une jeune demoiselle qui a terminé sa présentation (a)
» Mieux vaut payer ses dettes...(pv Anthéa)Rp Histoire [terminé]
» Et si l'Histoire plaisantait? - Milan Kundera | Terminée :B
» Mais j'trouve pas d'refrain à notre histoire. Tous les mots qui m'viennent sont dérisoires. [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville Seiyoku :: Divertissement :: Archive-
Sauter vers: