Ville Seiyoku

YAOÏ NC-18
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Mer 4 Juil - 14:08

. Je quitte l'endroit, ne le regardant même pas partir du sens inverse du mien. Mes pas me font retourner vers le parc, mais je l'évite, allant plutôt vers l'est. Malgré mon air pensif, je remarque quelque chose à à peine quelques coins de rue de notre séparation. ... Il manque quelque chose. Je m'arrête, posant rapidement ma main contre ma poche arrière. Vide. L'autre. Vide aussi. .... Calisse, c'est pas vrai ! Je me retourne vivement sous cette pensé, le coeur battant rapidement sous le stress et l'angoisse. Je regarde partout, mais vraiment partout. Je retourne au parc, regardant sur tout le chemin que j'ai fait, derrière le muret, je ressors, le chemin de la course, surement là. Je le passe rapidement, le repasse. Toujours rien. Esti c'est pas vraii !!! Rare sont les fois où je sacre aussi nonchalamment ainsi, mais quand quelque chose comme ça arrive, j'y peux rien, je suis trop sur les nerfs. Il n'y avait pas grand chose autre que mes cartes d'école, m carte d'assurance maladie et quelques cartes d'affaire comme celle de ma banque ou de petits magasins sucrés dedans. Peu d'argent à vrai dire, mais reste que c'est très important et devoir refaire tout ça va coûter cher et va prendre beaucoup de temps.

. Pendant ce temps, je ne peux pas me douter que c'est lui qui l'a, quoique j'y pense à un certain moment et commence à le chercher, mais je trouve rien. Rien de rien de rien !! Je peux encore moins me douter qu'à cette heure, il est déjà rendu chez moi...




. Ça cogne. Et ça cogne encore, plus fort. Quel impatient celui-là! Elle se demande qui ça peut bien être. Évidement, le chien entend et jappe, n'arrêtant pas jusqu'à ce que la mère lui prend son collier pour qu'elle ne s'enfuie pas et ouvre la porte. Je vous dit la surprise de voir un grand homme comme ça devant sa porte avec du sang au visage. Ça fait peur quoi! Mais elle tente d'être aimable et souris. Ça ne doit pas être ce que l'homme attendait, une femme assez âgée, pas trop grande, aux cheveux bruns clair, mais aux yeux aussi orange que ses fils.

- Que puis-je pour vous?

. La petite husky à première vue n'aime pas le monsieur et continue son jappement en tentant de se reculer un peu, la queue entre les jambes. La porte est juste assez ouverte pour que l'homme puisse l'entrevoir derrière la fenêtre de celle-ci. La dame, habillé simplement d'un chandail brun lui allant parfaitement et d'un jean court et aussi simple que le chandail, remarque l'objet dans la main du grand monsieur, mais n'y prête pas trop attention pour l'instant, essayant de faire taire le chien un peu agaçant malgré la compréhension qu'elle avait pour celle-ci. Elle lui dit un 'chut' clair et ferme en tirant sur son collier pour qu'elle se taise un peu, s'excusant auprès de l'homme pour le comportement de son chien.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3


Dernière édition par Matteo Dakko le Jeu 5 Juil - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Jeu 5 Juil - 12:26

J’attends que la porte s’ouvre en observant les jeunes pousser des cris en jouant sur la pelouse du voisin, reniflant de mépris à tous ses jeux débiles.

Damn! Si je m’étais douté deux secondes que ça serait sa mère qui répondrait, – hey, je suis pas idiot quand même, ils ont les mêmes yeux, aussi orange qu’une carotte, et elle a un p’tit quelque chose qui lui ressemble aussi – j’aurais peut-être attendu. Enfin, l’erreur est faite, faut que je la répare. Le chien, un petit husky, ne m’impressionne pas un instant. Disons que j’ai fait affaire à pire que ça et je lui lance à peine un regard avant de sourire maladroitement à la dame.

-J’suis désolé, m’dame. Votre fils, Matty – ou plutôt Matteo -, c’est un ami à moi.

Je me frotte le derrière de la tête comme si j’étais embarrassé. Je suis un sacré acteur pour faire pitié. C’est ce qu’il faut quand on vit dans la rue.

-Oups, euh… j’m’appelle Kylan. Kylan Hottes. Ca fait pas vraiment longtemps qu’on s’connaît, donc y vous a p’t-être pas parlé d’moi. Enfin…

Je lui montre le portefeuille.

-L’a oublié ça chez moi et j’venais lui porter. Et –

Je soupire, regardant sur le coté vers le sol. Faut que je me trouve une raison pour rester, pour que sa mère m’accepte. Car, pour le moment, elle semble particulièrement septique.

-En fait, on s’est chicané et la y veut pu m’parler et, vous s’vez comment il est. Très renfermé quand ça va pas. Et j’voulais m’faire pardonner ‘vec une p’tite bouffe chauffée et lui faire la surprise.

Je me mords un peu la lèvre et le goût du sang me fait rappeler que je dois avoir le visage en sang. Dammit! Comment j’ai pu oublier un détail aussi important?! Bien sur, les blessures font mal, mais je le remarque pratiquement plus maintenant. Je passe le bout du doigt sur une coupure, prenant un air gêné et légèrement honteux.

-Sorry, m’dame. Je… j’aurais pas du. Me suis défendu et … ça un peu mal tourné.

-Oh. Et qu’est-ce qui s’est passé?

J’vois bien qu’elle se méfie la dame, et là je peux la comprendre. J’hausse les épaules, minimisant l’évènement.

-Bah v’savez. Avec une gueule comme l’mienne, on a parfois des réactions extrêmes. Soit on a peur parc’que j’ai d’l’air méchant, soit on essaie d’se montrer plus fort.

Elle hoche de la tête en écoutant ma réponse et regarde derrière moi, comme si elle attendait quelqu’un.

-Je comprends, monsieur. Seulement, je ne peux pas faire entrer d’inconnu avec notre chienne. Elle a de la difficulté avec les hommes.

Ouin. Elle se cherche des raisons. C’est pas gagné. Je décide de changer de tactique et passe une main dans mes cheveux en soupirant, comme si je m’attendais à une réaction aussi méfiante que la sienne. Ce qui n’est pas faux. Qui peut avoir confiance en un mec aussi peu accommodant que moi?

-J’vais l’attendre dehors.

Mon ton est juste assez découragé et je me retourne pour m’asseoir sur le balcon, attendant le petit ange. S’il croit s’être débarrassé de moi comme ça, il se trompe. J’entends la porte se refermer et roule des yeux. Putain de merde. Ca va vraiemnt mal comme journée. Je baisse les yeux sur le portefeuille et pense fouiller encore dedans, mais je sais que la vieille me regarde par la fenêtre et préfère faire l’innocent et attendre.

Quelques minutes plus tard, j’entends la porte s’ouvrir et j’avoue me retourner un peu surpris. Je me lève rapidement lorsque je vois la mère de mon homme essayer de sortir deux chaises et je vais l’aider. Euhhh faut pas se méprendre; je fais que gagner des points. On s’installe en silence, regardant un jeune couple passé.

-Comment avez-vous rencontré mon fils?

Ça y est. Le questionnaire.

-Dans l’parc. J’me r’posais quand l’est arrivé. On a discuté un peu. Il était pas mal froid au début.

Je rigole en pensant qu’il l’était encore en fait, mais que ça, elle n’avait pas à le savoir. Le pire, c’est que dans mon histoire, je ne mens pas. Je continue en remarquant son petit coup d’œil en coin.

-Mais j’suis persistant. Ya encore un peu d’misère, mais j’essaie d’lui montrer que j’pas comme les autres.

Comment dire n’importe quoi? Au moins, elle a l’air d’y croire un peu plus. Elle hoche de la tête et tente un sourire timide. Damn, c’est fou ce qu’elle ressemble à son fils. Fils que je vois justement apparaître au coin de la rue. Faut que je le rattrape avant qu’il n’arrive et gâche tout ce que j’ai fait.

-Matty!

Je me lève rapidement en laissant le repas sur la chaise et trottine pour le rejoindre, le serrant dans mes bras comme dans un câlin amical. Du moins, c’est ce qu’il semble de l’extérieur. Plus près, on pourrait pratiquement remarquer que je retiens le jeune homme. Je me penche pour lui souffler à l’oreille :

-T’as deux choix. Soit t’reste gentil et qu’tu m’invites chez toi comme un ami qu’tu viens d’te faire. Soit j’m’occupe personnellement d’ta famille. J’sais où t’habites, j’ai tes cartes et j’connais du monde qui s’rait content d’utiliser une identité comme la tienne. Même si t’les change, on va pouvoir salir ton nom.

Je sais. C’est pas la meilleure façon de me faire pote avec lui. Mais quand on a grandit dans un univers comme le mien, on s’en fout des moyens, c’est la fin qui compte. Je me redresse, le regardant droit dans les yeux pour lui montrer à quel point je suis sérieux. Si le gentil n’a pas marché, les menaces, ça fonctionne toujours.

-Maintenant, prends un air peiné et montre à ta mère à quel point t’tiens à moi en m’am’nant chez toi pour prendre soin d’moi.

Je lui serre cruellement les hanches, pas assez pour le marquer, mais assez pour lui montrer que je ne fais pas de menaces à la légère.
-Si non, j’pourrais d’venir ton pire cauch’mar.

Plus fort pour qu’on m’entend.

-J’ai ton portefeuille. T’l’as oublié chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Jeu 5 Juil - 18:46

. La mère regarde l'homme dire connaître Matteo et être ami avec. Ce qui est étrange, c'est qu'il n'a vraiment pas l'air lycéen et il est en sang. Elle a de la difficulté à le croire ami avec son fils calme, posé et avec son problème social... Quoique vu l'attitude qu'il montrait en ce moment, l'homme semblait correct. Il se nomme et avoue qu'ils ne se connaissent que depuis peu. De toute façon, Matteo ne parle pas beaucoup de sa vie à sa famille. La dame semble étrangement surprise en voyant le porte feuille en entendant que son fils l'a oublié. Oublié... C'est presque impossible pour le fils qu'elle connait d'oublier quelque chose d'aussi important ailleurs. Elle fronce un peu les sourcils, posant le bout de ses doigts devant ses lèvres. Matteo s'est chicané selon l'homme, ce n'est pas très rare non plus. Elle hoche la tête.

- D'accord, pardonnez-le. Il est parfois lunatique. Merci beaucoup, voulez-vous que je lui rend?

. L'homme aux cheveux blancs semble se rappeler qu'il est un peu magané et s'excuse en expliquant le pourquoi du comment dans un très court résumé suite à la question de la mère. Évidement, elle ne pense pas le faire entrer quand même et il voulait lui rendre en main propre. Elle hoche la tête lorsqu'il explique la raison de la bagarre. Elle avait de la misère à lui faire confiance, regarde derrière et sort une raison pas pour autant fausse. Il semble ne pas trop y croire, mais dit quand même qu'il va attendre dehors. Elle hoche encore de la tête, le laissant s'installer et ferme la porte, allant porter le chien pour ressortir avec des chaises pour attendre avec lui. La mère est resté à l'intérieur juste le temps d'appeler son fils. Avouons qu'elle est un peu inquiète pour son fils et préfère être présente à la rencontre. Il aide. Il semble quand même bon. Les chaises installé, ils attendent, mais pas dans le silence tout de même, elle veut savoir.

-Comment avez-vous rencontré mon fils?

. Il répond simplement. Le parc, c'est évidement un endroit où Matteo va souvent. La vieille maman commence à être un peu septique sur le fait qu'il soit mauvais. Il a l'air de connaître un peu son fils, on verra ce qu'il va arriver.




. Je le cherche partout. Mais je trouve rien. Je tente de suivre les traces que l'homme a prit, mais je ne connais pas le chemin. Ça sonne, c'est mon cellulaire. Je sursaute dès que je l'entend, mais je décroche rapidement. C'est ma mère. Elle me dit que quelqu'un, un ami à moi, a trouvé mon porte-feuille et je soupire de soulagement. Je la remercie et prend le chemin de la maison familiale. Je prend pas trop mon temps, marchant rapidement pour retrouver mon objet perdu, espérant qu'il soit complet. Après une couple de minutes, j'arrive enfin sur ma rue, trop concentré devant moi ou sur mes pas pour vraiment remarquer qu'ils étaient dehors. Ce n'est que lorsque je suis près que je le vois, lui, assis dehors avec ma mère. Mon pas ralenti. Ooh noon.. pas lui. Ça ne prend pas de temps qu'il me voit et vient me serrer en criant mon nom. Je fronce les sourcils, tentant de le repousser.

- Qu'est-c'que tu fais!?? Décole !

. Je me tais aussitôt que je l'entend parler, sans le lâcher. Mais dès que ces paroles sont prononcées, j'arrête tout. Lui qui disait m'aimer plus tôt et c'était montré collant et essayé d'être gentil est maintenant en train de me menacer de presque me tuer! Je lève le regard, sans lever la tête. Il blague là non?.... Je jette un coup d'oeil vers ma mère qui a l'air d'autant surprise de la réaction de l'homme que presque heureuse de voir que j'ai un nouvel ami. Il me serre. Un peu trop fort même. Quoi faire là? Je dois avouer que j'ai d'autant peur pour ma famille que pour moi. Je montre subtilement un peu des dents, avant de dire froidement.

- Ok, mais lâche moi...

. Je reprend mon porte-feuille, me reculant une fois qu'il m'a lâché, le glare avant de reprendre un visage normal. Enfin, pour moi. Un visage froid et indifférent, je me rapproche de ma mère, replaçant mon porte-feuille dans ma poche à l'avant cette fois. Souris un peu à ma mère qui, je le sais, se pose des questions. Je m'arrête devant elle, sans même prendre l'air peiné qu'il me demande.

- Il peut rester un peu? S'il vous plaît.

. Ma mère prend un air surpris, puis sourit, un peu plus en confiance avec l'homme qui, je le cite, je ne connais même pas encore son nom. Lui ne le sait pas, mais d'habitude, je n'invite personne. Même mes amis de lycée ne sont jamais venu chez moi, comme je ne suis jamais allé chez eux. Elle se lève, acceptant d'un heureux « bien sûr! ». Je lui souris, la remercie, puis me retourne, cassant mon sourire pour lui faire un regard du style «bon, t'es content là?», sans rien ajouter.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Lun 9 Juil - 15:55

Comme il me le demande si bien, je le relâche tout en le suivant de près. Pas l’intention de le perdre de vue cette fois-ci. Il ne me prend pas au sérieux, est arrogant et n’a même pas peur de moi.

J’adore.

Allez-y, traitez-moi de sadique. Je m’en fous. Ses yeux brillent comme un feu de camps dans la nuit sombre et j’adore ses flammes. Un défi que je veux relever. Croyez-moi, il va finir par fondre comme un glaçon dans un désert.

Je souris à la mère de mon homme, fier d’avoir été capable de trouver un moyen pour entrer dans cette maison, dans sa vie. En réponse à son regard, j’hausse un sourcil exprimant plutôt un « T’as pas idée à quel point. » . Pour l’énerver encore plus, je me retourne vers sa mère et lui propose mon aide.

-Attendez, m’dame. J’vais prendre les chaises.

Je tends le repas à Matty et, sans effort, prends les chaises en question, les suivant dans la bâtisse. Sa maison est extra. Bon ok. Là on parle de mes standards. On parle d’un homme qu’y a pratiquement toujours vécu soit dans la rue, soit dans des taudis où même les rats ont honte d’aller. J’ai eu quelques aventures avec des friqués, mais jamais plus qu’une nuit.

Pour en revenir à sa maison. Disons que c’est le genre de maison typique d’une famille à revenus moyens, un mélange de meubles vieux et neufs, qui a besoin de quelques réparations, mais rien de majeur. J’ai pas le temps d’observer comme il faut que le chien arrive sur nous. Bien sur, il va voir Matty en premier et je prends le temps de les regarder avec attention. L’animal a l’air plutôt craintif à mon égard, alors je fais comme si je ne le voyais pas. Bah quoi, quand on fait des combats de chiens, on sait comment les dresser.

Je dépose les chaises autour de la table, la où je remarque qu’il en manque et me retourne vers la mère de Matty en souriant, essayant de montrer ma bonne foi avant de faire face à l’autre homme.

-Dis Matty, t’peux m’aider avec mes blessures.

Je prends un air embarrassé en regardant la dame. Bon, mon homme doit se douter que c’est tout faux et que je veux juste en profiter pour être seul avec lui. Mais j’avoue que je m’en fous en ce moment. Je veux lui expliquer la situation.

-J’connais pas la place, et j’sais que ca s’fait pas d’fouiller.

En remarquant la boite avec les repas, je la pointe du pouce.

-Oh. J’ai apporté ça. J’sais pas si vous avez faim. S’pas grand-chose. Des beignets, muffins avec des wraps au poulet.

Il ne me reste assez d’argent que pour une semaine de bouffe, si je m’achète beaucoup de Nouilles sèches et d’autres trucs aussi mauvais que pas chers. Mais il y a rien de trop beau pour mon homme.

Je salive à la simple idée de manger quelque chose de sucré et bon, mais avant, je dois régler mon problème avec Matty.

-Tu m’montres ta salle d’bain?

Un coup d’œil à l’homme en question, je lui fais comprendre qu’il doit me montrer où est la salle de bain en question. Je le suis en silence, ignorant toujours le chien et referme la porte derrière nous en soupirant. Je ferme les yeux quelques secondes, bloquant avec mon corps la seule porte de sortie de mon amour. D’accord, futur amour.

-Bon… enfin.

J’ouvre lentement les paupières, les gardant à demi ouvert sur mon regard d’argent. Je le détaille en silence, toujours appréciateur.

-J’crois qu’on a un problème.

Je lève la main, l’arrêtant avant même qu’il n’ait ouvert la bouche pour parler.

-Écoute. J’veux t’connaître, mais toi t’es trop snob pour t’baisser à mon niveau, so, j’dois prendre les grands moyens. J’voulais pas en arriver là, crois-moi. Mais tu m’donnes pas l’choix. T’m’as jugé au premier r’gard, moi, j’te veux comme j’ai jamais désiré quelqu’un. So, I’ll be the bad guy. Ya don’t haf any choises. I want ya. .J’veux qu’tu fasses des efforts et qu’on s’voit.

Je passe ma main dans mes cheveux, faisant un pas vers l’avant pour ouvrir la pharmacie, prenant quelques flacons de médicaments. Je baisse le regard, lisant la prescription. Ou plutôt, une information en particulier. Hmmm selon l’genre de médoc, c’est pas pour un jeune. Le père.

J’arque un sourcil en parlant à voix haute.

- Kuroda. Ton père est malade? D’la haute tension?

Ahahaha Comment je sais ça? Damn, je suis pas un bon dealer pour rien. Il faut connaître les produits qu’on vend, même ceux qui sont plus légaux. Ou avec quoi qu’on coupe notre came. Je lui lance ce flacon pour qu’il l’attrape et passe au suivant. Encore pour le père. Une autre chance? Bingo. Toujours la tête baissée, je ne fais que lever le regard et l’observe à travers quelques mèches de mes cheveux.

- J’ai ton adresse. J’connais même ton numéro d’assurance sociale. J’sais que t’as une sœur plus jeune et un p’tit frère. J’l’ai vu sur les photos. Sont jeunes les deux. Des innocents.

Je me penche vers lui.

-I’m the Devil and y’re in Hell, Kid. T’vas devoir faire s’que j’veux si tu veux pas qu’j’utilise ça avec mes potes.

Je lui prends le menton entre le pouce et l’index, me délectant de son regard brûlant. Mon sourire est arrogant, je sais qu’il l’est car je peux le voir du coin de l’œil dans le miroir.

-I want ya to love me. And ya will. But fer now, j’veux qu’tu m’soignes.

Je passe à coté de lui pour m’asseoir sur le bord du bain, tendant le visage en fermant les yeux pour qu’il fasse ce que je lui ai dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Jeu 19 Juil - 11:02

Spoiler:
 

. La première chose que je vis en me retournant vers lui fut ce sourire. Il semblait très fier de lui, mais moi je ne semblais vraiment pas content et même dégoûté. Le coin de ma lèvre se relève avant de soupirer en tournant la tête. De retour au même visage de toujours, le regard un peu vers le ciel. Je n'ai vraiment pas envie de le voir dans ma maison, près de ma famille. Malheureusement, je n'ai pas trop trop le choix. Ma mère me regarde et remarque peut-être mon expression peu enjouée. Pourquoi peut-être? Car elle s'en va pour me demander si tout va bien, si ça va, mais elle n'a pas le temps de tout dire que l'homme me faisant chanter pour pouvoir entrer propose son aide à ma mère qui semble enchantée. Elle se lève et il prend les deux chaises en même temps. Ce n'est pas difficile en prendre deux en même temps, mais il ne semble même pas forcé et j'avoue que ça me surprend un peu. Mon regard vient ensuite se poser sur le truc qu'il m'a mis entre les mains. Un plat de nourriture, semblable à un bento vu de l'extérieur. Quoi..? Il veut faire son gentil en emportant de la nourriture?

. On entre, ma mère d'abord, suivit de mon agresseur, puis de moi. Bien quoi? C'est vrai qu'il m'agresse. ... En quelque sorte. Enfin bon. À peine rentré, que le chien arrive. Elle nous observait depuis le salon, ça, c'était facile à deviner. En voyant l'homme, elle s'était mise à japper, peu confiante en l'étranger. Je passe à côté de tout le monde, sans retirer mes souliers pour aller la voir, la laisser me sentir et lui faire comprendre que je suis là, que tout va bien. Le monsieur suit ma mère sans regarder Shadow, tel était son nom, qui l'emmène à la cuisine pour qu'il replace les chaises. Je le suis, le collier du chien dans une main, le plat dans l'autre. Je veux absolument voir tous ses faits et gestes dans cette maison, pour être sûr que rien n'arrive. Je le vois faire le beau devant ma mère et je m'approche, laissant le chien sentir et se familiariser à cette nouvelle odeur avant qu'il se retourne vers moi. J'hausse un sourcil à la phrase. Comme s'il n'était pas capable lui-même encore... Et c'est quoi ce surnom débile? Matty, ça fait fifille pas mal je trouve. Depuis quand il connait... ah, mais oui. Le portefeuille. Mais reste que le surnom est carrément laid. Je ne dis rien pourtant, laissant mon visage s'exprimer devant cette incohérence. Je le vois encore faire le beau et le timide devant ma mère. Je me demande même que si elle n'aurait pas été là, il aurait fouillé de lui-même partout.
. Mon regard retombe sur la boîte que je tien lorsqu'il en fait allusion. Ma mère est toute contente et le remercie de son cadeau. Moi, je reste silencieux et septique de ses intentions.

- Matteo, tu pourrais le remercier au moins!

. Je lance un regard vers ma mère qui venait de dire cette phrase, puis vers l'homme qui, sans étonnement, attend avec impatience le remerciement. Sans être plus désolé de très surement briser ses attentes, je lui lance un «Merci.» court, bref et froid. Sa prochaine demande ressemble beaucoup plus à un ordre. De nouveau, j'hausse un sourcil, ayant bien sûr remarqué son regard autoritaire. Je lâche le chien, la laissant aller où elle veut et s'éloigner.

- Pas obligé de me faire ce regard-là, je te l'aurais montré quand même la salle de bain, je ne suis pas si sans coeur.

. Sur ces mots, je tourne les talons dans un soupire en coin. Non mais quel caractère! Il essaie tellement de toujours prendre le contrôle dans ses menaces qui ne font finalement rien du tout. Il fait pitié quoi. Ma mère est un peu désespéré par mon agissement et s'excuse brièvement de mon comportement. C'est parce que.. M'man. Tu ne le connais pas de la même façon que moi. La salle de bain est juste à côté. Je m'arrête devant la porte, retournant vers lui et lui pointe du doigt. Pas compliqué. Il veut que je le soigne, pas de problème. Il entre, je le suis, puis il ferme la porte, laissant Shadow derrière. Mon regard se place à ce coin de porte, là où elle était 2 secondes plus tôt, puis le lève vers lui, me demandant intérieurement pourquoi il avait fermé la porte. ...La discussion commence.

- J’crois qu’on a un problème.

. Quoi? J'ai mal entendu? Un problème? On? C'est plutôt lui qui a un problème. Je vais pour dire un «hein?» suivit d'une question, mais sa main me coupe. Il explique.
. Il me veut, je suis trop bien pour lui, je l'ai mal jugé, il va jouer les mauvais garçons pour essayer de m'avoir. Il me veut, ok… ouin. Je suis trop bien, tant mieux. Il a quand même raison que je ne m'abaisserais jamais à son niveau. Je l'ai mal jugé, non mais vous avez vu comment il m'a abordé!? Et comment il me traite maintenant!?? En plus, je ne l'ai même pas jugé du premier coup d'oeil, je n'avais juste simplement pas envie de le connaître, de le voir. Et j'ai de bonnes raisons maintenant! Il veut jouer les mauvais!? Pour essayer de m'avoir!?? Oh my god, je n'ai pas hâte de voir ça! Il ne le sait pas, mais il ne réussirait jamais à m'avoir en jouant comme ça. C'est très, très dégueulasse comment il s'y prend. Jamais vu pire dragueur. On s'entend que tout ça n'est pas sorti une miette de ma bouche, mais tout par mon regard. Désapprobateur total, rancune, dégoût, haine. C'est fou comment j'ai envie de l'envoyer chier, de presque le tuer. Vive le self-control que j'exerce à la presque perfection. Seul mon regard parle et mes doigts bougent discrètement.
. Je reste silencieux de peur de dire n'importe quoi et que ça le fasse tellement chier qu'il va mener ses menaces à exécution. Je ne peux pas me fier sur lui, je ne peux pas dire s'il est vraiment fou et prêt à traquer et tuer pour ... ça! Je ne le quitte pas des yeux, suis ses mouvements. Il fouille dans la pharmacie. Il me semblait que c'était impoli et que ça ne se faisait pas. Je savais trop bien qu'il ne se gênerait pas. Un flacon, le médicament à mon père. Il lit le nom. Au moins il sait lire! Et il connait les médicaments. ... Pas très surprenant. Gros silence, le regard toujours aussi froid, jusqu'à ce que je dise un «des fois», très... sec et rapide. Puis une de ses vieilles bouteilles qu'il laisse toujours traîner un peu avant de ramasser. Il me la secoue dans la face. Comme si je ne l'avais pas remarquer. Il me liste ensuite tout ce qu'il sait déjà sur moi qui pourrait lui servir encore dans sa menace. .. Mais attend. Un petit frère? Dom? … ou Hikari? D'un côté comme l'autre, l'information est fausse, mais je le laisse aller. L'agresseur, comme j'aime si bien l'appeler, se penche vers moi.

- I’m the Devil and y’re in Hell, Kid. T’vas devoir faire s’que j’veux si tu veux pas qu’j’utilise ça avec mes potes.

. Je suis en enfer, c'est parti. En fait, je le suis depuis qu'il est devant chez moi, depuis que j'ai perdu mon portefeuille. J'y pense, il disait connaître mon numéro d'assurance social, il faudrait que je vérifie mon portefeuille. Je n'en ai pas vraiment eu l'occasion depuis qu'on est rentré. Pour en revenir aux menaces, il semble presque trop convainquant. Faire ce qu'il veut... ça, ça reste à voir. Tsé, je connais son visage et le numéro de la police. Dès qu'il quitte, j'peux très bien aller le dire direct, mais il faut... des preuves. Ce que je n'ai pas pour l'instant malheureusement. Après ses phrases, il me prend le menton entre ses doigts. Mes sourcils se froncent automatiquement. De quel droit ose-t-il me toucher ainsi?... Déjà que le câlin, je l'ai trouvé pas mal de trop. Ça, c'est pire. Il est encore trop près.

- I want ya to love me. And ya will. But fer now, j’veux qu’tu m’soignes.

. Il faut bien une goutte de trop pour faire déborder le vase. Eh bien la voici! Il veut que je l'aime? Il veut tant que ça m'avoir!? J'vais lui dire, moi, ce que j'en pense de tout ça. J'vais lui dire à quel point il ne réussira jamais à m'avoir. Je lui tasse sa main d'un coup de bras, ayant pris la peine de prendre mon souffle, le menton haut et déterminé, mais essayant tout de même de ne pas trop parler fort malgré mon ton ferme. Ne voulant pas alerter ma mère qui est surement encore à la cuisine.

- Tu dis m'aimer!? Tu dis me vouloir!?? Tu m'prends tu pour un cave!!? C'est clair que tu m'aimes pas et que tu veux juste avoir quelqu'un sous tes pieds, de l'argent ou je ne sais quel autre truc qui pourrait bien te servir dans ta criss de vie minable! Crime, tu me menaces de me voler mon identité, de me prendre ma famille et de faire je ne sais quoi avec, les tuer peut-être tout ça parce que tu dis m'aimer et que tu penses que - prenant une voix plus sarcastique sur la fin de la phrase - 'En le menaçant lui et sa famille, j'vais surement réussir à avoir son coeur'! Tu te fou vraiment de ma gueule là, c'est clair. T'étais tu vraiment obligé de me menacer pour te faire entrer chez moi!? Comme si j'allais jamais le faire, comme si je ne t'aurais jamais soigné, comme si je ne t'aurais jamais donné un peu de nourriture! Sérieusement, t'es un vrai fou de penser que j'vais succomber au charme que tu n'as même pas, encore moins en me faisant des menaces de même. Tu me dégoûte carrément, au plus haut point que je n'ai jamais pu être dégoûté de quelqu'un et même de quelque chose. Je ne t'ai pas jugé du premier regard, non. Je t'ai jugé dans les quelques heures qui ont suivis et sur les choses que j'ai appris de toi. Là, assied-toi, tu fermes ta gueule et tu te contentes de savoir tout ce que tu sais déjà parce que t'en connais déjà beaucoup plus que beaucoup de monde.

. Grand respiration, je reprends mon souffle. J'espère au moins qu'il va se la fermer. Câline que ça fait du bien de se défouler comme ça, mais là je dois avouer avoir... un peu plus qu'une simple crainte qu'il fasse vraiment quelque chose. Je me retourne, sans le quitter des yeux, le voyant dans le miroir. Je prends quelques cotons, puis l'alcool pour les plaies et un petit linge que je rince et tord sous l'eau. Je me retourne, remarquant que j'étais un peu tremblant. L'élan de la colère étant passé, elle laisse davantage de place à la peur qui était, jusqu'à là, peu présente.

- Fermes les yeux.

. Je reste néanmoins autoritaire dans mes paroles. C'est bien ce qu'il faut pour tenter de le garder sous cette surprise. Je viens passer le linge sur son visage, le nettoyant minutieusement avant de le désinfecter. Je finis tout de même rapidement avant de poser le linge pour prendre le tampon de coton et d'y mettre un peu d'alcool dessus. Je ne me rends même pas compte que tellement je suis trop concentré, j'ai arrêté de trembler et d'avoir peur.

- 'tention, ça peut brûler.

. Quoi que je doute qu'il s'en soucie vraiment. La débarbouillette passé, c'est le temps de désinfecter et doucement, je nettoie cette fois l'intérieur des plaies. Plus rien autour, il n'y a que ma concentration et moi. Ça ne prend encore que peu de temps avant que j'aie fini et je me redresse.

- Voilà.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Lun 30 Juil - 15:43

Dammit! J’espère seulement qu’il ne va pas remarquer mon excitation. Il est… flamboyant. Je sais pas pourquoi, mais j’ai pas l’impression qu’il s’énerve ou démontre beaucoup d’émotion facilement. Je l’écoute. Ohhh croyez-moi, je bois chaque mot qu’il prononce. Je me perds dans son regard aussi brûlant que le soleil d’Afrique. Poête n’est-ce pas?! Tous ses gestes faux qu’il a fait devant sa mère, le tout pour garder les apparences, se brisent en quelques secondes par la colère que mes paroles ont créées. C’est…

Parfait.

Il est vrai, il est fort et courageux et j’admire. S’il vivait dans le même monde que moi, je suis certain qu’il serait aussi respecté que moi. Pas par sa force physique et sa grandeur, mais par le caractère à la fois détaché et enflammé qu’il a.

J’hausse les épaules à sa tirade, comme si elle me laissait indifférent alors que c’est tout le contraire. Je sais qu’il ne m’a pas aimé au premier regard. Je sais ce qu’il a pensé de moi car c’est ce qu’ils pensent tous. Ils pensent que je ne suis qu’un idiot, qui ne sait que se servir de ses muscles pour faire sa loi. Non. Ma loi, c’est ma liberté.

J’essaie de lui lancer un regard sans émotion, mais damn, je suis beaucoup trop excité pour ca.

-L’argent? Laisse moi rire. Si tu crois que j’veux d’l’argent, t’crois que j’l’aurais pas déjà pris?

Je me penche un peu vers l’avant.

-C’est pas à mes pieds que j’te veux. Mais sur ma queue.

Je me retiens pour ne pas rire. Comment ne pas le provoquer encore plus!? Comment résister?! J’y arrive pas. Mais je vais me taire là. Et obéir. Lui montrer que je peux être un bon garçon quand je veux. Je lui tends le visage lorsqu’il est tout près, lorsque je peux sentir la chaleur de son corps. Rester sage? Moi? Euh… êtes-vous fous!?

Délicatement, je pose ma main sur sa hanche. Pas pour le menacer, pas pour l’attirer à moi ou l’avertir, mais possessivement. Comme s’il m’appartenait et que le geste ne faisait que le confirmer. Je ne sais pas s’il en comprend la signification. Oui, je suis possessif. Peut-être est-ce pour cela que je n’ai pas grand-chose. Rien à défendre.

Faire mal? Ahahah, c’est drôle. Non, ce n’est rien comme douleur. À peine un picotement. Un estomac vide de quelques jours… ça c’est douloureux. Un coup de poignard, ça aussi c’est douloureux. Mais pas ce qu’il me fait. Pas avec les gestes lents et confiants qu’il a. Je pourrais pratiquement me laisser aller contre lui si je n’étais pas aussi … moi.

Je reste immobile, les yeux fermés. Je pourrais même pousser la note et imaginer qu’on est – non. On est rien. Pas encore. Au moins, ce moment m’a permis de me calmer et de faire disparaître le gros problème que j’avais dans mon pantalon.

Une fois qu’il me lâche, j’ouvre les paupières lentement, plongeant un regard tranquille dans le sien.

J’adore ce que j’y vois, ce que j’y lis. Non. Pas d’amour, pas même une once d’affection. Mais avez-vous déjà pensé à quel point une chose peut être aussi cruelle que réconfortante? Un feu par exemple. Il peut détruire des maisons, des forêts même. Mais n’y a-t-il rien de plus réconfortant qu’un feu un soir d’hiver?

Il est comme ça le petit Matty. Brûlant.

Je me redresse de toute ma taille et m’étire en baillant comme l’impoli que je suis. J’essaie d’ignorer mon estomac qui gronde, j’y arrive. L’habitude.

-Tu m’montres ta chambre?

Une autre question qui n’en est pas une. Plutôt un ordre. Je le laisse ranger en faisant le tour et sortant de la pièce. La chienne - j’ai fini par voir que c’était une femelle - m’accueille à nouveau avec méfiance. Je te comprends ma belle, moi aussi j’aurais de la misère à le laisser seul avec un être comme moi. Enfin. Elle n’a aucune chance contre moi. Je lui caresse du bout des doigts la nuque, la où les chiens adorent se faire gratter. Mais je n’insiste pas. Je ne lui fais pas plus confiance qu’elle ne me fait confiance. Brillant ce cabot.

Sa mère nous surveille et me fait signe de venir la rejoindre avec un beau sourire. Je réponds de la même façon, me déplaçant avec grâce malgré ma corpulence. Une fois dans la cuisine, je remarque qu’elle a préparé trois assiettes avec le repas que j’ai apporté. Bon, je ne sais pas pour Matty, ni pour sa mère, mais personnellement, je pourrais manger entièrement le repas et avoir encore faim. Mais ils ne le savent pas. Tout comme ils ne savent pas ce que j’ai sacrifié pour ce simple lunch. Mais bon, c’est mon problème ca.

Elle nous invite à s’installer et c’est seulement à ce moment que je remarque que le petit m’a suivi. Trop concentré sur mon ventre qui gargouille et l’odeur de la nourriture.

Oh. Elle a ajouté des salades et autres condiments. C’est avec un petit sourire en coin que je m’assoie. Je l’adore cette petite bonne femme. J’attaque la nourriture comme un affamé, ce que je suis, et je réalise qu’on ne regarde drôlement.

-Sorry, it’s been a long time.

Damn, mon anglais.

-Euh… désolé. J’ai pas vraiment mangé c’matin.

Je prends réellement une expression désolée, même si je sais que mon ‘ami’ n’y croit pas trop. J’ai fini mon assiette en quelques secondes et je dois me retenir pour ne pas vider le plat en face de moi. J’ai quand même un minimum de classe. Sa mère me demande pourquoi je n’ai pas déjeuné ce matin.

-Pas l’temps. J’ai… eu un rendez-vous qu’ya duré plus longtemps qu’prévu.

Ouin. Beau mensonge. Car si on se souvient bien, c’est plutôt parce que je suis revenu d’une petite fête privée. Au moins, j’ai rencontré Matty grâce à ça.

-Et que faites-vous dans la vie?

Ahhh fuck. La question que je ne veux pas entendre. Je veux même pas regarder mon homme de peur de le défier. À la place, je m’adosse à la chaise et relaxé, je réponds.

-J’m’occupe d’la sale job de mes boss.

Ce qui n’est pas faux. Du moins, pas tout à fait. J’ai plusieurs patrons, Des fois en même temps, d’autres fois un après l’autre. Et ma sale job : Collecter les morveux qui paient pas, livrer la drogue, aller sur des territoires pour récolter de l’information. Je suis un Errant. Un mec sans attache dans un gang ou dans un autre. Que tout le monde peut utiliser.

Lorsqu’elle me demande des précisions, je lui en donne.

-J’fais surtout la communication. L’intermédiaire entre les clients et mes patrons. Mais j’peux aussi faire des commissions perso ou d’la protection.

Encore une fois, j’ai pas menti. Mais… seulement, c’est pas vraiment légal dans mon domaine.

Quand je remarque que Matty a fini de manger, je me lève et ramasse mon assiette, lui lançant un regard plus amusé qu’autoritaire.

-On y va? Dans ta chambre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Mar 7 Aoû - 16:20

. Tout ce que je vois après cette tirade tiré du fond du coeur, fut ce haussement d'épaule semblant indifférent et ça me frustre!! Pourtant son visage plus tôt exprimait quelque chose et là, je ne sais plus si je dois croire son indifférence ou pas. J'allais répondre que s'il prenait de l'argent sans s'amuser un petit peu, il est nul. Quoique dans ma tête, j'aurais surement répondu en plus que c'était surement mieux ainsi pour la famille et qu'il aurait juste du faire ça au lieu de me créer de la merde. Malheureusement, je n'eus pas vraiment le temps de répondre qu'il se pencha un peu et me répondit quelque chose qui me dégoûta au plus au point, laissant le tout s'exprimer sur mon visage et sur le 'euurk' presque subtile que je fis. J'en laissa même tomber mon coton que je tenais dans la main. Lorsque je remarqua ce dernier geste, je tourna la tête vers ce coton par terre. Oups. Je me penche pour le ramasser, puis me retourne pour m'en faire un nouveau, jetant celui-là, rendu sale. J'avais tellement envie de quitter la pièce et partir je ne sais où, mais loin, très loin de lui... mais il fallait que je finisse de le soigner sinon je ne sais pas ce qu'il pourrait faire. Mais CRISS qu'il m'énerve!! Il est dégoûtant et odieux et Aaarg, j'en frissonne de dégoût. Je suis vraiment écoeuré. Je me retourne de nouveau vers lui, les sourcils inconsciemment froncés et continue mon travail avec ... dégoût. Ce n'est pas mal juste ça que je ressens en ce moment. Du dégoût.

. Mais évidement, il ne pouvait pas me pousser à bout juste une fois, il fallait qu'il y en aille une deuxième. Sa main sur ma hanche me fait redresser d'un coup. Tant pis les blessures, de toute façon, ce n'est pas de ma faute s'il est allé se bagarrer! Je pousse sa main d'un coup sec et l'averti froidement.

- Ok, ça va faire là! Combien de fois faut que je te le dise!? J'ai été bien patient avec toi, mais y'a des limites. Arrêtes de me toucher. Criss, c'est pas compliqué! Je ne suis pas ton jouet. Lâche moi et peut-être qu'un jour ou dans une autre vie, j'vais peut-être avoir un minimum de confiance en toi. Je te dis que t'es mal, très très mal parti en tout cas.

. Je soupire. Je dérape un peu. Tellement frustré que je ne trouve plus de mot à dire. Je laisse faire en tout cas. Je jette le coton et range la bouteille. Il l'a chercher, je ne m'occupe plus de lui. Point. Qu'il se contente de ce qu'il a car je n'aurais pas fait ça à grand monde. Il se lève, s'étire et baille, tout en même temps presque. J'entend son ventre, ayant presque le goût de lui offrir à manger. ... Presque, que j'ai dit. Il veut que je lui montre ma chambre? Il est fou.

- Non.

. Tout aussi froid et sec que tant de parole que je lui est adressé. Je remarque Shadow qui était resté sur le bord de la porte et regarde l'homme sortir. Je sors à sa suite et caresse un peu mon chien, essayant un peu de la réconforter, alors que moi même je ne le suis pas du tout. J'entend bien sûr ma mère nous inviter à manger, Kylan allant la rejoindre gentiment. Je me redresse et va au cadre de porte regarder la nourriture sur la table. Je lève les yeux vers l'homme en l'entendant parler en anglais, puis se reprendre. Ma mère rigola et lui dit qu'elle comprenait parfaitement l'anglais. Elle resta étonné, tout comme moi, qu'il soit si bon en anglais. Faut avouer que moi je sais qu'il vit dans la rue, c'est surtout pour ça que ça m'étonne qu'il soit capable de former une vrai phrase dans cette langue.
. Ma mère me redit de venir manger, mais je lui répond que je n'ai pas faim et reste tranquillement dans mon coin. Elle et l'homme commence à faire la discussion. Je les écoute d'où je suis, prenant évidement le temps de regarder tout les faits et gestes de ce monsieur malhonnête. Il fait encore l'allure de chien battu devant ma mère. Quel manipulateur. Beau rendez-vous. Je suis certain qu'il ment. Sale job, ça j'en doute pas. Je me demande sérieusement jusqu'où il va aller pour mentir. S'il va être capable de tout trouver ce que ma mère lui demande. Je sais très bien qu'elle est un peu protectrice et comme c'est le premier ''ami'' que je ramène à la maison, il est certain qu'elle veut des renseignements. Encore un fois, il parle avec plus d'assurance que je ne l'aurais cru.
. J'entend quelques bruits derrière dont je ne prête pas trop attention, mais sursaute un peu lorsque je sens une petite main me prendre la mienne. C'est Yui qui était resté dans sa chambre depuis tout à l'heure et avait aussi entendu l'appel à manger. Toute mini comme enfant. Elle me ressemble comme deux gouttes d'eau à l'exception qu'elle a les cheveux long et les yeux bleus. Elle avait vu le monsieur et était devenu toute gênée. Je lui souris doucement alors qu'elle le fixe.

- Tu as faim?

. Elle hoche la tête. J'entend alors que l'homme insiste de nouveau pour aller voir ma chambre. Je lui rend un «Plus tard» beaucoup moins froid du à la présence de la petite. Peut-être, même surement va-t-il se faire des idées, mais je m'en fou. Je sais très bien que je ne lui montrerait pas.
. Je m'approche de la table à manger avec Yui qui me tient encore la main, l'insistant doucement à s'approcher, de lui dire qu'elle n'a pas à être gênée. Elle est tellement mignonne.

- Tu veux que je reste avec toi?

. Elle hoche de nouveau la tête et je m'assois devant une assiette, la faisant asseoir sur moi. Finissant sa fixation, elle prend un ustensile et commence tranquillement à manger. C'est bien la seule fois où cet homme pourrait me voir aussi.. sensible et doux et encore, je ne baisse pas ma garde.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Jeu 30 Aoû - 15:30

Je ne l’avais pas vu. La petite. Mais lorsque mon regard s’est posé sur elle, j’ai failli disparaître. Elle a le même âge, du moins, elle semble avoir le même âge. Je pense aussitôt à ma fille. Elles sont différentes, Cathy étant plus sociable, moins timide, mais j’y pense quand même. Elles sont deux princesses.

C’est beau menacé lorsqu’on connaît pas la personne, lorsque c’est seulement un nom sur papier; mais c’est autre chose quand on plonge notre regard dans ses grands yeux bleus. J’ai mal au cœur à la regarder, mais je suis un bon comédien. Je détourne le regard, essayant de cacher ma douleur. Ca fait des années que j’ai pas vu d’enfant, que j’ai pas été aussi près d’une petite fille comme… elle. Je peux pas m’empêcher de les observer en silence, détournant le regard avant d’être attiré à nouveau sur eux. Je savais. Je savais que l’homme qui avait bouleversé ma vie en quelques secondes était tendre, qu’il pouvait avoir des gestes attentionnés. Et je deviens… jaloux. Jaloux de cette petite fille qui attire son attention. Jaloux de cette petite fille qui est si … vivante alors que la mienne ne l’est pas. Je plisse des yeux, le regard flamboyant avant de me tourner vers sa mère.

-Charmante. Elle s’app’le comment?

Je ne peux pas lui parler directement. Je peux même pas m’adresser à Matty car je sais qu’il va savoir. Savoir qu’avant même de connaître cette enfant, j’en suis jaloux.

-Yui. Ma petite dernière. Vous aimez les enfants?

J’hoche de la tête. Mensonge. Je n’ai jamais aimé les enfants, et là encore moins qu’avant. Ils me font rappeler tout ce que j’ai perdu, tout ce que j’aurais pu vivre. Je les déteste. Mais je souris, ne les regardant pas.

La mère semble surprise, septique en entendant mon ton. Je soupire intérieurement. D’accord, il faut que je fasse quelque chose pour me rattraper. Je prends ma serviette de table et après quelques plis, la transforme en tête de chat. Un regard à Matty pour qu’il me comprenne, qu’il sache que j’ai tout vu et que je ne vais quand même pas le lacher avant que je tende le morceau de papier à la fillette.

-Tiens. C’t’un chat. J’en fais-

Je m’arrête. Je ne veux pas qu’ils sachent. Pas qu’ils sachent la raison pour laquelle je sais faire ca. Quand on a pas d’argent, on s’organise comme on peut pour amuser son enfant et moi, moi, c’était de cette façon. Je pliais des papiers que j’accrochais au dessus de son lit. Souvent, c’était que du journal, d’autres fois, des feuilles de magazine arrachées. Rarement une vraie feuille de couleur.

Enfin, on s’en fout. C’est du passé et ca sert à rien de toujours le rassasier.

Je fais tout pour éviter que sa petite menotte touche la mienne en le déposant sur la table avant qu’elle puisse le prendre. De toute façon, peureuse comme elle est, elle va plutôt se renfermer. Ahhh ma fille, elle était pas comme ca. Une petite bosseuse avec un caractère têtu, comme son père. Dieu que je l’aimais. Je serre les poings, le regard dans le vide durant quelques secondes, avant de me secouer. Je jette un coup d’œil à sa mère qui a disparu pour chercher un truc et me penche pour chuchoter.

-J’veux ton numéro.

Je lui souris, plutôt vainqueur. Et très arrogant. Pourquoi? Parce que je sais que ca l’énerve et que je vais encore voir son regard flambé. Je sais pourquoi j’agis comme ca. Je ne veux pas de sa pitié. Je ne veux pas qu’il se dise : Oh, le pauvre, c’est un mec dans la rue et il n’a rien à manger. Non. Je veux pas de ca. Je veux de la passion, je veux qu’il sache que je suis quelqu’un même si je n’ai rien. Je veux qu’il puisse se dire : Ce mec? On a pas à avoir pitié de ce mec, car c’est lui-même qui vit sa liberté.

Et c’est vrai. Je suis libre. Je menace qui je veux, je travaille pour qui je veux, je vais où je veux et quand je le veux. Et ca, personne ne va me l’enlever. Jamais.

-On va sortir d’main soir. Juste toi et moi.

Ohh oui. Je sais pas où, ni qu’est-ce qu’on va faire, mais je veux qu’on puisse faire quelque chose. Juste lui… et moi. L’idée m’excite déjà. Non, j’ai pas une érection. Ca ne m’excite pas de cette façon. Quoique…

Enfin.

Mon regard descend sur la petite toujours aussi timide et remonte sur Matty, n’exprimant rien. Il n’a pas à savoir. Tout ce qu’il doit savoir, c’est que je l’ai vu. Avec la gamine. À quel point il aime sa sœur, à quel point il tient à elle.

Parfait, si tu tiens à elle, tu vas venir avec moi. Tu vas m’accepter dans ta vie et peut-être qu’un jour, je vais aussi être dans ton cœur. Mais une chose à la fois. Je sais qu’on, du moins c’est ce qu’il croit, est mal parti. Mais, la fin justifie les moyens, non!?

-Tu peux l’amener ‘vec toi si tu veux. J’mange pas encore les enfants.

Ca, c’était pas prévu. Depuis quand j’invite des gosses? Dammit. Ca doit être son sourire à elle, comme… comme ma Cathy. Ma voix était trop douce, trahissant ma faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Mer 5 Sep - 22:45

. Je lève un peu le regard vers l'homme. Il semblait.. en quelque sorte hypnotisé. Pourquoi? Va savoir, mais il a l'air un peu sombre depuis que Yui est arrivée. Me concentrant un peu plus sur ma petite soeur silencieuse, je les écoute parler. Je ne l'ai pas entendu répondre et tourne donc le regard vers lui de nouveau. Un sourire. Il a sûrement répondu affirmatif pour plaire à ma mère.
. Je remarque quelque chose du coin de l'oeil et tourne immédiatement la tête vers Yui. Elle a échappée quelque chose par terre. Je lui dit d'attendre en la voyant commencer à se pencher et me penche à sa place, réussissant à prendre le morceau de pain du bout des doigts et le met sur la table pour le ramasser en même temps que l'assiette suite au repas. Dès lors, une main se tend et mon regard redevient méfiant. Voyant le chat en serviette, je suis surpris. Ma chère soeur regarde l'animal en papier, fascinée, mais tourne la tête vers moi pour savoir si elle peut. J'hoche la tête alors qu'elle retourne vers le chat et tend le bras pour l'attraper de sa petite main. Ma mère est toute contente de voir que j'ai un ami aussi attentionné, mais moi, je sais que quelque chose cloche. Sa phrase, il ne l'a pas fini. Pourquoi? Aucune idée et je n'insiste pas pour connaître la réponse. J'ai beau être curieux, je n'ai pas envie de le connaître lui.

. Je n'ai même pas remarqué ma mère partie quand il me demande mon numéro. Il joue la comédie depuis tantôt? Moi aussi. J'hausse les épaules, affirmant que j'en avais pas d'un air assez sérieux. Court et direct.

- J'ai pas de cell.

. Ce n'est pas tout à fait un mensonge.... car le cellulaire que j'ai... je ne l'ai que depuis peu à cause de mon grand frère. Et je l'oublis toujours dans ma chambre. En pensant à lui, je me demande s'il va poser la question à savoir où sont mes frères. Je sais au moins déjà quoi répondre. Mais non Au lieu, il me dit d'un ton toujours aussi ordonnant que nous allons sortir. Je le regarde sans une miette d'intérêt, disant aussi simplement:

- J'peux pas.

. Et ça, c'était vrai. Demain après l'école, je devais aller voir Domenico pour confirmer le tout et chercher un appart. Oui, bientôt, je vais déménager et j'ai l'impression que si je ne lui dis pas où, il va massacrer ma famille. Autant lui dire même si j'aurais préféré qu'il me fout la paix. Yui fini de manger, laissant quelques morceaux dans son assiette, mais je regarde l'homme qui regarde justement Yui. Celle-ci se sent un peu intimidée, mais tourne la tête vers moi.

- Tu t'en vas demain?

. Mon attention retourne vers la petite, lui souriant. Je secoue la tête, sachant de quoi elle parle et je vais lui répondre de sorte qu'elle comprenne, mais pas l'autre là.

- Non, pas demain. Je ne sais pas encore c'est quand qu'on va y aller.

. Elle comprend et retourne son attention ailleurs. Elle descend pour courir vers sa mère qui n'était toujours pas revenue en l'appelant pour lui montrer le petit chat qu'elle a reçu, toute contente. Je vois bien qu'elle commence à se dégêner, c'est toujours comme ça. Quand un ami de la famille vient, elle est toujours un peu méfiante au début, mais se dégêne plutôt rapidement, tout dépendant qui. Elle devait voir que maman lui faisait confiance, mais devait sentir en même temps ma crainte, ce qui fait qu'elle ne lui a pas encore adressé la parole.

. La tête accotée sur ma main, je la regarde filer, quelque peu déçu de me retrouver seul encore avec l'homme arrogant, mais en même temps, je sais qu'elle va venir nous chercher pour nous montrer ses nouveaux dessins ou ses jouets et peut-être même nous insister à jouer avec elle. Je rigole un peu tout seul, à peine dans un souffle, puis je soupire. La déception pouvait quasiment se lire sur mon visage, le regard presque dans la lune. Pourquoi il a fallu que cet homme maudit arrive dans notre vie... Elle ne pourrait pas juste continuer comme avant?
. ...Avais-je bien entendu? Il avait accepté que Yui vienne avec nous? Je lève le regard vers lui sans faire un mouvement. Il ne mange pas les enfants... haha, non, pas les enfants, mais les jeunes, oui. J'avais refusé pour demain, mais je sais que je ne pourrais fuir éternellement. Nouveau soupire. Je ferme que deux secondes les yeux, ne pouvant le lâcher de vu plus longtemps. J'hausse les épaules.

- On verra, dit-je avant de me redresser et m'étirer un peu. Levant un peu le menton en signe de défi. J'esquisse un sourire en coin en continuant ma phrase. Si t'es à la hauteur.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Lun 10 Sep - 12:46

-T’as bien un numéro où j’peux t’rejoindre non? C’quoi l’numéro d’la maison?

Bon, je peux comprendre qu’il n’a pas de cellulaire, j’en ai pas plus. Quoique dans mon cas, c’est plutot parce que je vis dans la rue. Lui, j’en connais pas la raison. Peut-être parce qu’il ne travaille pas et qu’il est encore aux études? Sa famille ne semble pas aisée. Elle semble correcte, mais pas assez pour se permettre un cellulaire pour tout le monde. Je lance un autre regard à la photo sur le meuble de cuisine et réfléchis. La jeune n’est pas présente, alors le plus vieux doit être déjà parti d’ici. Dans son appartement avec une petite job ou qu’importe. Ensuite, ya Matty qui semble plus vieux que l’autre gamin. Si Matty est ici et qu’il y en a deux autres, plus les adultes, une famille de cinq, ca doit pas être facile à gérer. Surtout quand on avait un jeune homme – magnifique je dois le dire – qui est aux études.

J’hausse un sourcil à sa réponse, mais sa petite sœur attire mon attention sur une autre réponse. Pourquoi lui demande-t-elle s’il part demain? Je connais les jeunes de son âge, du moins, ma fille, et y semblait avec anguille sous roche. Mais qu’importe, puisque mon homme ne peut pas s’en tirer aussi facilement.

Nous sommes les deux à la regarder partir, mais chacun avec une expression différente. Alors que la sienne est douce et tendre – expression que je ne me lasse pas d’observer depuis qu’il la revête -, la mienne est plus méfiante et douloureuse. Ses petites jambes qui trottinent se superposent à d’autres membres menus que j’ai connu, une autre petite fillette avec de longs cheveux blonds platines et un sourire d’ange. Ma fille. Ma Cathy. Un soupir mélangé à un grognement s’échappe de ma bouche malgré moi. Merde! Faut juste pas que j’y pense. J’ai pas à m’attacher à une petite gosse. Juste à son frère. Vers qui je retourne toute mon attention.

Si j’suis à la hauteur?

Elle est bien drôle celle-là. C’est moi qui se fait menacer à présent. Bordel! Elle est si drôle que j’éclate littéralement d’un rire puissant, vrai. Un rire comme ca fait longtemps que j’en ai pas eu. Merde! Si j’suis à la hauteur! J’étais entrain de me calmer lorsque je repars de plus bel, imaginant dans quelle situation je devrais me montrer à la hauteur. Damn, mais c’est qu’il était excitant mon Matty.

Je finis par me calmer au bout de quelques minutes, m’adossant confortablement sur la chaise comme si j’étais chez moi et lui lance un regard amusé et arrogant. Bah quoi!? Je suis pas pour changer mes habitudes pour si peu. Je suis arrogant, un point c’est tout.

-Hmmm Matty, j’te savais pas si pressé d’en arriver là. T’avais qu’à demander. J’suis sur que j’le suis.

Bon, je sais. Ca n’aide pas à mon cas. Mais comment ne pas vouloir le taquiner un peu alors qu’il m’ouvre grande la porte et m’invite à dire des trucs du genre? C’est carrément impossible. Surtout pas avec le petit minois qu’il contracte à chaque fois que je fais des remarques de ce genre, comme s’il était gêné.

Mais gêné de quoi? Ca, je le sais pas.

Bon, maintenant, fini la rigolade. Faut retourner aux choses sérieuses.

Je m’étire avant de me lever et faire le tour de la table, plus charmeur – insolent – que menaçant. Non, les menaces, c’était fini. Matty avait compris mon message, alors pas besoin d’y revenir plus souvent. Simplement quand ca sera nécessaire.

Je pose une main sur la table et l’autre sur la chaise de mon homme, me penchant vers l’avant jusqu’à ce que nos visages soient près l’un de l’autre. Jusqu’à ce que je remarque des paillettes plus oranges dans le feu de ses yeux et que j’en aies le souffle coupé. J’en oublie pratiquement ce que je voulais dire, ouvrant la bouche avant de la refermer.

-Magnifique.

Je fronce des sourcils lorsque je remarque que je me suis laissé aller et que j’ai parlé à voix haute. Bordel, fallait vraiment qu’il me fasse de l’effet ce petit.

Lorsque mon regard descend sur ses lèvres, je constate qu’effectivement, Matty me troublait plus que ce qu’il aurait du, que ce que j’aurais du. Mais, était-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle? Ça, je ne pouvais pas le dire. Et comme je suis le type de mec à profiter de l’instant présent, je continue de me pencher, lui volant un petit baiser papillon. Papillon qui se retrouve rapidement dans mon estomac.

-Désolé. T’es trop… tentant.

Désolé? Je ne l’étais pas du tout, et ca paraissait sur mon visage. Pourquoi être désolé d’une chose qui nous fait plaisir?

Mais bon, c’était quand même une erreur, trop vite pour lui. Je me redresse un peu plus, m’éloignant de la tentation et retourne mon attention sur son regard flamboyant.

-Alors, on l’amène dans les jeux pour gosse pendant qu’on discute, toi et moi?

Je parlais de la petite, bien évidemment. Et plus j’y pensais, plus je trouvais que j’avais eu une bonne idée. Elle allait devenir mon assurance, obligée Matty à rester avec moi. Car une enfant, ca ne comprend pas le danger de la même façon qu’un adulte, et ça, j’étais bien placé pour le savoir.

Et justement, quand on parle du loup, la revoici qui revient, mon chat toujours dans les mains avec un autre jouet. Je lui souris, oubliant la douleur dans mon cœur, essayant de ne la voir que comme un outil pour arriver à mes fins.

Quoique c’est assez difficile lorsqu’elle lève un regard candide quoiqu’un peu méfiant vers moi.

-Hey, Gamine. T’as ram’né quelque chose? Tu nous l’montres?

Bon, Matty va surement remarqueron changement d’attitude, mais qu’importe. Il y a plusieurs chemins qui mènent vers Rome, n’est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Mar 18 Sep - 22:57

. Fuck. Évidement qu'il y a un numéro de la maison, mais je n'ai pas envie de lui donner, je préférais encore lui donner mon vrai numéro plutôt que celui de la maison, là où habite ma mère et ma soeur... surtout que je ne suis pas toujours très présent. Je l'observe regarde la photo sur le meuble et l'analyser, sans trop comprendre ce à quoi il pensait, mais dois-je voir qu'il compte. Il compte encore menacer ma famille? et pas juste moi, mais toute? Même le défunt et le fugueur. C'est vraiment impardonnable. Je ne répond même pas à la question du numéro, préférant ne rien dire et attendre une quelconque réaction.

. La petite disparaît en courant, quelques phrases et il se met à rire. Mon sourire disparaît immédiatement, ne trouvant vraiment rien de drôle à tout ça. Pourtant, lui, il arrivait à rire. Quel sans coeur. Je me redresse en soupirant, voyant qu'il n'était pas près d'arrêter.

- Hmmm Matty, j’te savais pas si pressé d’en arriver là. T’avais qu’à demander. J’suis sur que j’le suis.

. Pressé d'arriver à où? Je le regarde sans avoir même compris une partie de sa phrase. Mon sourcil s'hausse, lui montrant mon incompréhension. Rien à dire, il va encore se moquer et ça ne me surprendrais même pas qu'il le fasse juste parce que je ne comprend visiblement pas son intention. Je m'en allais dire quelque chose, mais finalement... non. Ma tête tourne un peu en soupirant, exprimant un «Ah, laisse faire» bien ennuyé.

. L'homme bouge et mon regard se tourne immédiatement vers lui par réflexe. Pas question de le laisser filer sans être certain qu'il n'a rien fait de mal. .... Bon, il a déjà fait du mal et pas qu'un peu, mais je parle plus que verbalement.
. Il s'approche de moi, alors que, sur mes gardes, je me recule comme je peux. Il se penche vers moi, la main contre la table pour se tenir. J'ai le dos penché vers l'arrière, fronçant férocement des sourcils, lui montrant ma confiance au négatif. Qu'est-ce qu'il va faire?? Dégage de là, tu es dans ma bulle! Méfiance. C'est tout ce que mon regard lui dit. Évidement, comment ne puis-je être méfiant avec une bête comme lui si près !! Un seul mot sort de sa bouche et me fait discrètement sursauter. « Magnifique. » Mais quoi encore?? Il me trouve magnifique?? Mais pourquoi gâche t-il tout avec des conneries comme ses menac-
. Une claque en plein sur sa joue fut mon premier réflexe. Et pas petite en plus de ça! Non mais c'est quoi son problème à ce gamin?? M'embrasser comme ça!! Bon, ce n'était que furtif, mais c'était quand même trop! J'en tremble de rage, la main encore levé et le regard foudroyant l'homme qui avait osé! Le son résonne encore entre mes oreilles, le premier mot que je réussis à sortir est :

- Non. Hors de question que j'aille où que ce soit avec quelqu'un comme toi.

. Et encore plus hors de question que je laisse Yui partir toute seule dans son coin alors qu'on est supposé sortir tous ensemble.

. Ce n'est que peu après que j'entre vois un mouvement. C'est Yui qui revient avec le chat en papier et une de ses poupées, sa préféré, effectivement. Le plus vieux la remarque effectivement. Là, je dois avouer avoir un peu plus peur pour elle qu'avant. Il ne fait que demander de montrer ce qu'elle a. Yui le regarde, puis me regarde pour savoir si elle peut. Je vois tout de suite qu'elle a déjà remarqué que ça ne va pas bien. Enfin, plus de mon côté que de l'autre là. Je lui fais un doux petit sourire pour la rassurer et hoche la tête. Yui se retourne immédiatement vers l'homme pour lui tendre sa poupée.

- C'est ma poupée préférée. Elle s'appelle Madi.

. Elle a tellement une voix mignonne ma petite soeur. La poupée en question a les cheveux noirs bouclés, une belle robe verte avec une boucle dans les cheveux. Même les petits souliers étaient là. La poupée est visiblement âgée, mais parait plus jeune que sont âge d'origine qui est de trois ans déjà. De mon côté, je les regarde, observant avec une grande attention les mouvements de l'homme qui est juste assez près de ma soeur pour que je ne m'inquiète pas trop.... Mais un accident est si vite arrivé.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Kylan Hottes

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/05/2012
Localisation : Chez moi... ou 'vec Matty.

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Mer 19 Sep - 14:44

Ça, je m’y attendais pas du tout. Fuck, c’était qu’un petit baiser, rien de grave et l’autre qui réagit comme si je lui avais torturé. Il est vraiment, vraiment chanceux que sa sœur arrive au même moment, car chez moi, si t’es capable de donner, c’est que t’es aussi capable d’en prendre.

Instinctivement, je cache ma joue rougissante à la petite. Décidément, elle me fait beaucoup trop penser à Cathy et je réagis de la même façon qu’il y a cinq ans. Je la protège.

Je respire plusieurs fois par le nez, ne quittant pas Matty des yeux. Il faut qu’il comprenne que moi aussi j’ai mes limites et qu’il n’est pas loin de les atteindre. Je lui montre des dents, menaçant, le temps d’une demie seconde avant de me retourner vers la petite, plaçant mes cheveux pour qu’elle ne remarque pas ma rougeur sur la joue.

-Hmmm est jolie ta poupée. S’lut Madi! Moi j’suis Kylan, le p’tit copain d’Matty.

Oui, j’ai décidé à l’instant de prendre ce rôle et je vous jure que s’il ose protester, je détruis tout dans sa maison. La raideur de mes muscles en sont la parfaite preuve. Je jette un coup d’œil à l’homme, le défiant de me contredire avant de tendre la main vers Yui.

-Et t’sais pas quoi? On a décidé, Matty et moi, qu’on t’sortait c’soir. T’veux aller dans les jeux au parc?

Je sais, il avait refusé. Mais je lui pardonne… cette fois-ci. Je l’ai surpris, c’est tout. Du moins, j’espère qu’il comprend la chance que je lui donne.

Alors que je me redresse, mon regard plus froid se pose sur l’homme. Je veux qu’il comprenne que je ne suis pas qu’un petit joueur, que la menace est réelle. Je peux être gentil, mais je peux aussi être très très très méchant. Et ca, il faut qu’il le comprenne. Il n’a peut-être pas eu assez peur? Mon sourire s’étire en entendant la petite sauter de joie. J’hausse un sourcil dans la direction de mon homme, lui signifiant clairement qu’importe ce qu’il va faire, je suis toujours gagnant. Je suis une petite merde pleine de chance. Je le sais, et il faut qu’il l’apprenne.

Il m’a menacé d’appeler la police… et bien, il ne sait pas ce qui va l’attendre s’il fait ca. Car moi, je sais comment ca marche. Dans le pire des cas, je vais être en taule pour 6 mois, sortir à trois mois pour bonne conduite et je vais revenir. Aussi simple que ca.

J’essaie de ne pas trop m’attacher à la petite, de ne pas lui montrer qu’il y a une faille dans ma carapace. Ma fille… elle a été ma seule faiblesse. Elle est encore douloureusement dans mon cœur, surtout lorsque je rencontre de petites fillettes de son âge. Je sais qu’elle aurait joué avec elle. Je sais qu’elle l’aurait aimé plus que tout et qu’elle m’aurait embrassé la joue pour faire fuir la douleur. Je pousse un discret soupir en regardant nostalgiquement Yui. Je ne peux rien changer, aussi bien profiter du moment présent.

Je m’éloigne de Matty, tendant la main vers la petite. J’ai beau m’adresser à elle, c’est lui que je regarde.

-Tu m’montres ta chambre? Matty veut pas me montrer la sienne. Il croit que j’suis un trop méchant loup pour rester ‘vec lui tout seul.

Je me penche légèrement vers elle.

-Toi, tu crois que j’suis méchant?

Bien sur, je lui fais un beau sourire. Je lui montre à elle que je ne suis pas qu’un méchant. La plus part du temps, oui, mais pas toujours.

Elle prend ma main, une si petite main et me tire vers sa chambre. Je suis son ami. J’ai un chemin de plus pour conquérir le petit Matty. J’hoche de la tête, poli, en croisant la mère, continuant jusqu’à sa chambre, en face de la salle de bain. C’est vraiment une belle chambre d’enfant. J’ai pratiquement le gout de tout détruire. Ma fille n’a jamais eu autant de jouet – même si la petite ne semble pas en avoir énormément -, ni autant d’espace. Mais qu’est-ce que ca changerait de toute façon? C’est pas comme si je pouvais la faire revenir.

Une sonnerie de téléphone interrompt mes pensées, c’est mon portable. Enfin, si on veut. Plutôt celui que le patron m’a donné pour me rejoindre quand il veut.

-Attends Gamine.

Je me retourne en décrochant, croisant le regard de mon homme.

-Wha’?

J’approche, le défiant de bouger, de me frapper.

-Fuck! Yer serious? Dammit, this bitch! No. Didn’t do anythin’. Fuck no. Just shut the fuck up. I swear. Yeah. Hmm. ‘kay. I’ll go. No. Hey, wha’ just I said? I’ll. Ok. Tomorrow. At 5. Ok.

Je continue d’écouter les instructions, un petit pickup bien discret, plus un message. Mon doigt va caresser une mèche de cheveux de mon homme, mon regard dans le vague alors que je note mentalement tout ce qu’on me dit. Je suis le meilleur dans mon domaine, c’est pour ca que je peux me permettre d’être libre.

Je ne veux pas qu’il bouge, je veux seulement qu’il cède. Que lui aussi comprenne que je suis le meilleur.

Une fois que je raccroche, je plonge mon regard indolent dans le sien plus fier.

-Alors Matty. J’espère que t’as bien réfléchi. Faut faire attention. J’laisse passer cette fois-ci, mais t’dois te faire pardonner. Et ta sœur veuuut tellement qu’on sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Dakko

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 26
Localisation : Partout sauf chez moi...

Mini Moi.
Âge: 20 ans
Physique:
Relation: J'en veux pas

MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   Lun 24 Sep - 16:30

. Une chance qu'elle est là, une criss de chance oui! Ce mec, sont regard, on aurait dit qu'il voulait me tuer! Bien sûr, la claque n'avait été que réflexe. Je déteste qu'on me touche ou qu'on s'approche de trop près de moi, il l'avait un peu cherché. Je l'observe, toujours assis sur ma chaise, se cacher et tenter de se calmer pour répondre à ma petite soeur. Elle, innocente qu'elle est, ne remarque ou ne comprend sûrement pas pourquoi l'homme est si tendu. Moi je le sais et j'avoue avoir un peu peur. J'hausse un sourcil à l'entendre parler à la poupée. Je faisais ça moi aussi quand je jouais avec elle. Je sais le nom de l'homme maintenant! L'idiot me courait après soit disant, mais ne s'était même pas présenté. Je m'accote le bras sur le dossier de la chaise, sans avoir compris du même sens les mots «petit» et «copain». De toute façon, Yui ne le comprend pas plus. Je n'arrête pas de voir son regard se tourner vers moi, je déteste ça.
. Il m'a eu. L'espèce de... d'idiot m'a eu, carrément. Je lève la tête, soupirant discrètement. Je ne pouvais rien dire, il avait dit à ma soeur qu'on la sortait et celle-ci est trop enchantée. Mais ce qui me fait rire, c'est qu'elle n'a pas comprit qui la sortait et lance une question à ce.. Kylan.

- C'est qui Matty?

. Je place ma main devant ma bouche et rigole un peu, laissant l'homme répondre. Après tout, c'est son surnom qu'il me donne. Ça sonne féminin en plus, il aurait pu trouver mieux. Son regard se pose de nouveau sur moi et mon sourire disparaît instantanément. Il m'en veut profondément pour la claque. Mais c'était rien pour lui non? Un gars de la rue peut en prendre plus alors... Arg, qu'est-ce qu'il m'énerve. Il se retourne vers la petite d'un air triste. À rien y comprendre.
. Il tend la main vers ma soeur. C'est là que je me redresse sans encore me lever de la chaise. Normal que je ne veux pas te montrer ma chambre, j'aurais même voulu que tu ne vois pas ma maison et encore moins ma famille.

-Toi, tu crois que j’suis méchant?

. Haha, quel bonne blague. Évidement qu'il est méchant, mais elle n'a pas vu la façon dont il se joue de moi. Encore un peu timide, elle secoue la tête. Son sourire a du l'incité à dire non. Faut croire qu'il sait bien jouer la comédie. Je le vois encore tout fébrile. Ma soeur le tire tout doucement, toute contente de montrer sa chambre à elle à quelqu'un de nouveau. Je me lève pour les suivre, pas question de la laisser seule avec lui. Je regarde ma mère passer à peine du coin de l'oeil, elle va à la cuisine pour descendre ensuite. Quant à moi, je reste derrière les deux autres. Ma soeur le tire pour qu'il entre plus loin lorsqu'un téléphone sonne. Ce n'est pas de la maison, c'est Kylan. Il lui dit d'attendre et se tourne vers moi en décrochant, l'air menaçant.
. On dirait qu'il me parle avec cette voix forte et autoritaire. Je fronce les sourcils sans bouger, alors qu'il s'approche. Je l'écoute parler, en anglais heureusement. Si Yui aurait entendu, elle aurait comprise des choses et en aurait demandé d'autres. Quel langage! C'et affreux tout ces mots qui sortent de sa bouche.
. Lorsque sa main s'approche, mes yeux se ferment à moitié par réflexe. Il me prend une mèche de cheveux pour jouer avec de ses doigts, concentré dans son appel. Les sourcils légèrement froncés, je le laisse faire, l'écoutant en même temps. Sûrement un complot de rue. Je comprend pas mal ce qu'il dit et ça m'a tout l'air de ça. Non, cette fois, sont touché ne me dérange pas plus que ça, ce n'était qu'une petite mèche de cheveux cette fois. Quoique ce n'était pas que j'aime ça non plus. Il raccroche. On va pouvoir retourner aux petits jeux d'enfant, c'est ce que je pensais. Mais sont regard fier percher vers moi, je le vois bien.

-Alors Matty. J’espère que t’as bien réfléchi. Faut faire attention. J’laisse passer cette fois-ci, mais t’dois te faire pardonner. Et ta sœur veuuut tellement qu’on sorte.

. Je plisse des yeux, comme s'il ne pourrait pas m'avoir de nouveau avec une menace. Je croise les bras avant de les défaire, ne voulant pas paraître comme quelqu'un qui se protège. Je grogne légèrement, loin d'être content de son coup.

- Je sais qu'elle veut y aller. Pas le choix d'y aller vu que t'es trop idiot pour comprendre que je ne veux pas de toi.

. J'ai quasiment le goût de le frapper de nouveau et de lui gueuler une fois de plus après espérant qu'un jour il comprenne. Je sais, j'y pense aussi à sa menace. Il faut bien que je fasse de quoi, sinon c'est ma famille qui va subir. D'un cas comme l'autre, je vais souffrir, je le sens, mais si j'accepte qu'on se voit, ma famille va au moins être épargné. Je pourrais très bien lui demander quelque chose en échange par exemple...

. Yui vient se mettre à côté de nous, trouvant que nous prenons du temps. Je l'ai vu, une chance qu'elle était resté dans sa chambre. Elle a du sortir plein de jouets pour les montrer, fière de ses petites poupées et peluches. Je soupire discrètement de nouveau, osant tourner le regard vers ma soeur et quitter celui de mon agresseur. Je lui souris un peu, tentant de la rassurer. On est là, on arrive. Au moins qu'elle soit contente.

_________________
Yo no soy nada para el mundo .
El mundo no es nada para mí .
¿ Voy a cambiar esto ?
¿ O me va cambiar ?
¿ El amor va a poner un punto sobre tema ?



Si conseguiste obtener mi afeccíon, es porque debes ser alguíen muy importante para mí...
Kylan Hottes es muy important para mí ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-no-toshi.forum-canada.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Concours] La rencontre du feu et de la glace. Suite. [ PV Kylan Hottes ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]
» Attention ou je t'arrache les moustaches !![Eclat de Glace]
» >. La mélodie de glace [ Aegar ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville Seiyoku :: La ville :: Quartier résidentiel :: Maison-
Sauter vers: